Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Henri Suso (1295-1366) > Retraite mystique

Retraite mystique

AVANT-PROPOS - LE PAYS SPIRITUEL

Suso, le Serviteur de l’Eternelle Sagesse, s’était retiré dans sa cellule après les Matines. Assis sur la pauvre chaise qui lui servait de lit il s’abîma dans la méditation. Et soudain, voici que, ravi hors de ses sens, ses yeux intérieurs distinguèrent un noble adolescent qui descendait du ciel vers lui. L’ange s’approchant lui dit : « Depuis trop longtemps déjà tu t’es fait disciple aux écoles élémentaires de la spiritualité, tu t’y es suffisamment exercé, te voilà prêt : debout I viens avec moi. C’est à la plus haute école du monde qu’à cette heure je veux te conduire ; là tu apprendras l’art suprême de t’établir dans la paix de Dieu et de faire aboutir tes saints débuts à leur terme bienheureux. »

Le Serviteur se leva donc tout joyeux et l’adolescent le prenant par la main le conduisit dans un pays spirituel...

Ce que l’adolescent, l’un des anges chargés de guider les âmes dans leur voyage de retour au Créateur, fit pour le Bienheureux Suso, nous voudrions que ce petit livre le fît, à son tour, près des pieux lecteurs. Mais qu’aucun d’eux ne s’effraie, ce pays où n’atteignent pas les sens et dont les habitants s’appliquent « à la science d’un parfait abandon de soi-même » n’est pas une île déserte et désolée ; Dieu, qui l’habite, ne veut pas nous ravir la joie, il veut au contraire que « notre joie soit parfaite ». Ce n’est pas davantage une contrée lointaine où quelques rares privilégiés n’accèdent qu’en vertu d’une faculté spéciale et d’efforts multipliés. Non, le voyage au pays spirituel n’est véritablement qu’un retour. Un retour aux réalités invisibles, plus vraies mille fois que les objets sensibles, puisqu’elles demeureront alors qu’aura passé « la figure de ce monde ». C’est un retour qu’il faut vouloir définitif à cette Ecole de l’Esprit-Saint où « moins on en fait par activité propre plus on avance vraiment ». L’Amour Infini, sans cesse agissant, n’a besoin pour nous transformer que de notre confiante et fidèle passivité.

Une retraite avec le bienheureux Suso sera donc une simplification pleine de foi de notre commerce avec la Divinité, dans la sérénité d’une conscience apaisée. Un voile jeté sur les vanités aveuglantes du monde, une purification du regard intellectuel, qui se retournera vers l’intérieur de l’âme pour y retrouver son bien suprême et découvrir les obstacles à sa possession :

Regnum Dei intra vos est.

R. Z.

Les Méditations et Pensées qui vont suivre ont été extraites des œuvres du Bienheureux Henri Suso (principalement de l’Horologium Sapientiae encore inédit en français) ; nous n’avons fait que les coordonner et les disposer en forme de retraite. N. d. l. T.