Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chinoise > Le jeu des contraires - l’un appelle l’autre

Le jeu des contraires - l’un appelle l’autre

dimanche 16 novembre 2008

A. — Tout le monde a la notion du beau, et par elle (par opposition) celle du pas beau (du laid). Tous les hommes ont la notion du bon, et par elle (par contraste) celle du pas bon (du mauvais). Ainsi, être et néant, difficile et facile, long et court, haut et bas, son et ton, avant et après, sont des notions corrélatives, dont l’une étant connue révèle l’autre.

B. — Cela étant, le Sage sert sans agir, enseigne sans parler.

C. — Il laisse tous les êtres devenir sans les contrecarrer, vivre sans les accaparer, agir sans les exploiter.

D. — Il ne s’attribue pas les effets produits, et par suite ces effets demeurent.

Lao-Tzeu, 2.


Voir en ligne : Les pères du système taoïste

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.