Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Psellos : L’enfant prodigue

Psellos : L’enfant prodigue

mardi 17 février 2015

félicité
felicidade
bonheur
felicidad
happiness
Bonne chance ou fortune ; le mot grec est un composés fait sur daimon (puissance divine, dieu, destin). (selon R. Guérineau)

« Si l’on s’en tient strictement à la parabole de Luc, il apparaît que le plus jeune fils, l’enfant prodigue, n’y peut, en effet, figurer que le Diable diable
diabolos
malin
adversaire
diabo
devil
, qui, par son apostasie et sa déchéance, ’s’est égaré loin de son Père’, et qu’en conséquence, le Christ doit y tenir le personnage de fils aîné... Il (Psellos) écrit que le Fils céleste, jaloux de son frère terrestre, manifeste son irritation irritation
oxikolía
Les Pères distinguent l’irritation, en tant que passion, de la colère.
contre lui en provoquant les séismes, les chutes de grêle et autres fléaux (De operat. daemon. p.4). Pour qui sait lire entre les lignes, cette envie et cette colère ne semblent pas, transposés sur le plan du mythe mythe Un mythe est un récit, porté à l’origine par une tradition orale, qui propose une explication pour certains aspects fondamentaux du monde : sa création (cosmogonie), les phénomènes naturels, le statut de l’être humain, ses rapports avec le divin, la nature ou encore avec les autres humains (d’un autre sexe, d’un autre groupe), etc. , autres que celles qui, dans le récit évangélique (XV 28-30), s’emparent du fils aîné à l’annonce du retour de son jeune frère ».


Voir en ligne : Filho Pródigo

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.