Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Canteins : Joachim de Flore

Canteins : Joachim de Flore

dimanche 3 août 2014

Bien qu’il ne soit pas dans notre intention de rechercher les fondements conceptuels de Joachim de Flore, l’on ne peut manquer de remarquer au passage que l’idée des « états » ou « âges » successifs se retrouve dans la théorie des trois « hiérarchies » ou « sacerdoces » énoncée par Jean Scot Erigène dans Comm. in Jn. I. xxx.41 sq. À notre connaissance, peu d’auteurs (exception notable : E. Gebhart in L’Italie mystique) ont souligné ce rapprochement. Nous regrettons qu’aucun des éminents « érigénistes » actuels, et particulièrement E. Jeauneau, n’ait entrepris d’analyser les données d’une influence possible entre ces deux non-conformistes de haut vol.

On pourra objecter, sans doute, qu’une telle « division » du temps est déjà chez saint Augustin (qui compte six âges) et que le Commentaire sur Jean, où l’évêque d’Hippone énonce ces données, a très certainement été directement lu et médité par Joachim comme il l’avait été auparavant par l’Erigène. Eschatologie et messianisme chrétiens ont trouvé à s’alimenter largement à la source de ce grand témoin de l’effondrement du monde romain et de la montée des forces qui allaient plonger l’Occident dans une sorte de néo-barbarie pendant plusieurs siècles (n’oublions pas l’image de l’agonie de saint Augustin dans Hippone assiégée par les Vandales). Jean Scot, Bonaventure, Joachim peuvent tous se réclamer d’Augustin mais en l’adaptant aux contextes respectifs de leur époque et c’est dans cette manière propre à chacun que nous décèlerions volontiers une analogie de perspective entre l’Ecossais et le Calabrais.


Voir en ligne : Joaquim de Fiori

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.