Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > Ainsi parlait... Calliclès !

Ainsi parlait... Calliclès !

samedi 16 mai 2009

De la Volonté de puissance (Justification sophiste — et nietzschéenne — de la force, considérée comme « nature »...).

— Calliclès : Qu’entends-tu par avoir de l’autorité sur soi-même ?

— Socrate : Je n’entends rien de compliqué, mais quelque chose comme cette autorité sur ses propres plaisirs et ses propres passions, qui, aux yeux de la foule, caractérise un homme sage ayant la maîtrise de soi.

— Calliclès : Que tu me plais, Socrate ! Ces sages dont tu parles, ce sont les imbéciles !

— Socrate : Comment, en effet, ne serait-ce pas eux ? Il n’y aurait personne pour ne pas reconnaître que c’est des imbéciles que je parle !

— Calliclès : Eh oui ! personne, Socrate, personne absolument ! Car comment serait-on heureux quand on est esclave de qui que ce soit ? Mais ce qui selon la nature est beau et juste, c’est ce que j’ai la franchise de te dire à présent : que celui qui veut vivre droitement sa vie doit, d’une part laisser les passions qui sont les siennes être les plus grandes possible, et ne point les mutiler ; être capable, d’autre part, de mettre au service de ces passions qui sont aussi grandes que possible, les forces de son énergie et de son intelligence ; bref, donner à chaque désir qui pourra lui venir la plénitude des satisfactions.

Mais c’est, je pense, ce qui n’est pas possible à la plupart des hommes. Voilà pourquoi ils blâment les gens de cette trempe. La honte les pousse dissimuler leur propre impuissance. Ils disent donc de la licence que c’est une vilaine chose, réduisant en esclavage, tout ainsi que je le disais précédemment, les hommes qui selon la nature valent davantage, et, impuissants eux-mêmes à procurer à leurs plaisirs un plein assouvissement ils vantent la sage modération et la justice : effet de leur manque de virilité !

... ces beaux dehors et ces conventions humaines qui sont en opposition avec la nature, ce n’est que du verbiage et cela n’a aucune valeur ! »

Platon, Gorgias, 491 d - 492 d.


Voir en ligne : Martin Heidegger et ses références

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.