Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Un étrange pouvoir me fait apercevoir la suprême Conscience.

Un étrange pouvoir me fait apercevoir la suprême Conscience.

samedi 2 mai 2009

félicité
felicidade
bonheur
felicidad
happiness
Bonne chance ou fortune ; le mot grec est un composés fait sur daimon (puissance divine, dieu, destin). (selon R. Guérineau)

Un étrange pouvoir possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
me fait apercevoir la suprême Conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
. (Ashtâvakra, II, 3)

Dans l’investigation méthodique du « Moi » de l’homme homme
anthropos
hommes
humanité
L’homme est la personnification d’une alternative aux dimensions qui échappent à sa vision immédiate ; en d’autres termes, la raison d’être même de la condition humaine est de choisir, et de faire le bon choix : d’opter pour la participation libératrice à l’Etre nécessaire, et non pour l’errance asservissante dans le labyrinthe du possible et en direction du néant. (Frithjof Schuon, Perspectives spirituelles et faits humains)
(le « Je », Aham), nulle violence ascétique, nul quiétisme béat. Tout dogme est une impasse ; toute effusion, un fantasme. Il n’existe que la présence immuable de l’Être ser
être
being
ón
Le concept d’être désigne en général ce que nous ressentons exister d’une manière ou d’une autre dans la perception, qu’elle soit sensible ou intelligible. L’étude de l’être est appelée ontologie ou métaphysique.
, recouvert par l’humus des passions, des désirs, des concepts et des croyances. Mais ce « Moi » n’est l’objet sujet
objet
La notion du « sujet », loin de n’être que psychologique, est avant tout logique et principielle et ne saurait se restreindre par conséquent à aucun ordre particulier ; la subjectivité évidente des facultés de sensation prouve déjà que le couple sujet-objet n’appartient pas au seul domaine de la psychologie. [Frithjof Schuon]
d’aucun anathème, il est le lieu Ort
lieu
lugar
location
locus
place
géographique où l’Infini Unendlichkeit
unendlich
Infinito
Infini
Infinite
infinito
infini
infinite
prend forme forme
idea
eidos
eîdos
idéa
En philosophie, on oppose la forme à la matière dans les cas généraux. Chez Aristote, c’est ce vers quoi tend tout changement : elle est à la fois l’acte, l’essence, la perfection, et le principe d’unité de chaque être. (Wikipédia)
, où, pourrait-on dire, il élit domicile.

Il n’entre pas dans le projet des penseurs indiens de promouvoir une doctrine du salut salut Dans les religions qui constatent la rupture entre Dieu et les humains, le salut, salut de l’âme ou salut éternel est le rétablissement durable, éternel, des liens entre eux. . Qui sauver ? De quoi sauver qui ? Si la vie vie Le philosophe Michel Henry définit la vie d’un point de vue phénoménologique comme ce qui possède la faculté et le pouvoir « de se sentir et de s’éprouver soi-même en tout point de son être ». Pour lui, la vie est essentiellement force subjective et affectivité, elle consiste en une pure expérience subjective de soi qui oscille en permanence entre la souffrance et la joie. n’est pas aussi la vraie vie, la musique musique La musique est l’art consistant à arranger et ordonner les sons et les silences au cours du temps : le rythme est le support de cette combinaison dans le temps, la hauteur celle de la combinaison dans les fréquences, etc. Dans certains cas, l’intrusion de l’aléatoire a cependant dénié tout caractère volontaire à la composition. métaphysique Metaphysik
métaphysique
metafísica
metaphysics
n’est que croassement de l’esprit esprit
pneuma
espírito
spirit
mente
mind
, numéro de trapèze pour rêveurs oisifs, sorbet délicat pour bienpensants, et pourtant un travail respectable aura été fourni, un travail sans cesse menacé de ricocher sur la courbure de l’univers Univers L’Univers est un tissu fait de nécessité et de liberté, de rigueur mathématique et de jeu musical ; tout phénomène participe de ces deux principes. [Frithjof Schuon] pour aller se désintégrer dans un néant néant La notion de néant est directement et indissociablement liée à la notion d’existence. Évoquer le néant revient à révoquer l’existence et réciproquement.

Le néant est un substantif définissant, selon l’usage, soit un état soit un caractère, l’article suivant s’attache à expliquer ces deux aspects.
d’abstractions.

Le « Moi » est juste le véhicule de l’Être, le véhicule sensitif qui nous permet d’appréhender que l’existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
est mouvement mouvement Selon Aristote, il existe deux types de mouvements, le mouvement naturel ramenant les objets vers leurs lieux d’origine, et le mouvement violent, impulsé par un objet à un autre. ininterrompu, puisque fleuve nous sommes, courant parmi le flot régulier, invisible et majestueux, du Samsâra, l’écoulement perpétuel.

En vérité aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
, on ne sait pas dire comment on passe dans cet état de plénitude, où l’idée d’une transcendan transcendance Sous le rapport de la transcendance, Dieu seul est le Bien ; lui seul possède, par exemple, la qualité de beauté ; au regard de la Beauté divine, la beauté d’une créature n’est rien, comme l’existence elle-même n’est rien à côté de l’Etre divin ; c’est là la perspective de transcendance. [Frithjof Schuon] ce est absente, un état perçu comme une saveur d’être, et que l’on nomme Être (sat), que l’on se représente comme une conscience, et que l’on nomme Conscience (cit), et que la sensibilité expérimente comme une joie, ce qui la fait nommer béatitude (ânanda).

Il arrive que cet état d’Être-Conscience-Béatitude soit technique techne
tékhnê
Une technique (du grec τέχνη, art, métier savoir-faire) est une ou un ensemble de méthodes, dans les métiers manuels elle est souvent associée à un tour de main professionnel.
ment qualifié de « non-état », sèche tentative pour faire gagner au vocabulaire un petit arpent d’indicible. Mais les textes, restes des voix anonymes de chanteurs immémoriaux, sont silencieux sur la genèse genèse
genesis
génesis
génération
Même dans l’Iliade (XIV 201, 246), où son usage est attesté pour la première fois, génesis désigne non seulement la "naissance", mais aussi la "génération", "le fait de venir à l’être". [Luc Brisson]
de l’Être, sur l’éventuelle cuisson intérieure qui fait émerger l’Être dans l’homme, processus plus proche du barattage de l’océan de l’Ignorance ignorance
ignorância
ignorancia
que de l’observance scrupuleuse d’un plan de marche, espéré infaillible.

Il est toujours loisible de se tourner vers l’Art Kunst
arte
art
ou la Grâce, ces allégories spontanément soustraites à l’armada des critères que le souci souci Le grec merimna, terme usité chex Pindare (Olymp., 2,60 ; Istmi., 7,13), les tragiques (Eschyle, Eum, 131 ; Sophocle, OR, 1460...), signifiait l’embarras, l’inquiétude profonde, voir l’anxiété en s’appliquant en mauvaise part à la pensée philosophique. D’où le néologisme ironique d’Aristophane dans Les Nuées (101) de merimnophrontizai, les « médito-penseurs » (P. Chatraine). La notion retrouvera dans le Nouvau Testament traduit par sollicitudo dans la Vulgate. Inquiétude mais aussi accès de la vérité. Hésichios d’Alexandrie, lexicographe de Ve siècle glosera, par son redoublment intensif : mermeros (lat. memor, mémoire), merimma par phrontidos axia : ce qui est digne de réflexion. La notion de souci se voit cernée par l’articulationet le désaccord entre rationalité du réel et son pendant, sa dynamique affective. Récemment capté par la phénoménologie heidéggérienne. (selon J.-M. Bai) de comprendre et d’apprivoiser fait foisonner dans les alcôves de la raison dianoia
la raison
raison discursive
reason
razão
razón
.


Voir en ligne : LES PAROLES DU HUIT-FOIS-DIFFORME

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.