Philosophia Perennis

Accueil > Soufisme > Supplication.

Supplication.

vendredi 12 décembre 2008

Tu possèdes un arc qui, bien qu’il soit rapide, te paraît en retard pour me mettre à trépas ; je ne puis arracher sa flèche de mon cœur. Quand sur sa proie cette effrontée lance sa flèche, je demande à mon dieu qu’il me fasse paraître sous l’aspect du gibier, aux lieux où elle chasse. Au regard des humains, l’huis de la pitié semble riant et doux ; ne me montre donc pas un visage froncé à tel point que ses plis sont à tous les instants pour moi comme des chaînes. La pierre fond au feu ; mais mon soupir brillant ne produit — ô regret ! — nul effet sur le cœur de cette bien-aimée, aussi dur que la pierre. Quelle tranquillité me donneraient ses tresses ? Si je les vois en songe, on ne peut l’expliquer qu’en disant qu’il annonce infortune pour moi. Un corps que la nature a si bien façonné ne sort ni de limon ni d’eau, mais fut sans doute par la main du destin pétri de cœur et d’âme. Quand Djâmi rendra l’âme, inscrivez sur sa tombe : « Que seules les beautés viennent prier pour lui ! » (Djâmi)


Voir en ligne : Littérature persane

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.