Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > L’oeil de contemplation

L’oeil de contemplation

lundi 8 décembre 2008

L’oeil de contemplation est à l’oeil de raison ce que l’oeil de raison est à l’oeil de chair. De même que la raison transcende la chair, la contemplation transcende la raison. De même que la raison ne peut être réduite à, ni dérivée de la connaissance sensorielle, la contemplation ne peut être réduite à, ni dérivée de, la raison. Si l’oeil de raison est trans-empirique, l’oeil de contemplation est trans-rationnel, trans-logique et trans-mental. « La gnose [l’oeil de contemplation, la lumen superius] transcende le domaine mental et a fortiori le domaine des sentiments [le domaine sensoriel]. Cette transcendance résulte de la fonction “ supernaturellement naturelle ” de la [gnose], c’est-à-dire de la contemplation de l’Immuable, du Moi qui est Réalité, Conscience et Félicité. La quête des philosophes n’a donc rien de commun avec celle des contemplatifs, étant donné que son principe fondamental d’exactitude verbale exhaustive s’oppose à toute finalité libératrice, à toute transcendance de la sphère des mots. » (Schuon, F. Logic and Transcendence.) Ken Wilber, Les trois yeux de la connaissance


Voir en ligne : Ken Wilber, Les trois yeux de la connaissance

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.