Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > L’étincelle de l’âme

L’étincelle de l’âme

dimanche 7 décembre 2008

La troisième propriété, nous l’appelons l’étincelle de l’âme : c’est une tendance intime et naturelle de l’âme vers sa source ; et c’est là que nous recevons le Saint-Esprit, l’Amour de Dieu. Par cette tendance intime, nous sommes semblables au Saint-Esprit ; mais dans l’acte de recevoir nous devenons un esprit et un amour avec Dieu. LE MIROIR DU SALUT ÉTERNEL. CHAPITRE VIII

La raison éclairée maintenant voudrait bien savoir ce qui l’empêche de demeurer dans cette unité si douce et comprendre d’où vient la touche qu’elle ressent et ce qu’est cette motion divine. Alors elle regarde avec grande attention et elle découvre au plus profond de la mémoire comme le jet d’une source vive qui jaillirait d’un centre vivant et fécond. Ce centre vivant, c’est l’unité de Dieu, la propriété des personnes et l’origine de l’âme ; car l’unité possède la fécondité, elle est l’origine et la fin de toute créature. Le jet qui sort de cette source, l’attouchement divin est si merveilleux et si doux à l’intelligence, si aimable et si singulièrement désirable à la volonté, que l’âme tombe dans une impa-tience et une folie d’amour, et sent grandir son ardeur. À nouveau elle se met à rechercher ce qui peut l’em-pêcher de trouver son repos soit en Dieu, soit en elle-même. Elle scrute du haut en bas son royaume : et sa raison y met une rapidité extrême. Elle regarde ce sommet où elle a fait son retour à l’essence même de sa mémoire, là où les trois puissances supérieures prennent leur source, d’où elles tirent leur origine et retournent d’elles-mêmes vers l’unité. C’est en ce même sommet de l’âme que se fait sentir la touche mystérieuse, ce flot jaillissant de la source divine : et cette touche ébranle l’étincelle de l’âme , elle est la source qui apporte avec elle tous les dons divins, selon la dignité et la vertu de chacun. Cependant à ce degré de la contemplation, la touche divine n’est connue que par un sentiment d’amoureuse impatience, ressentie dans l’étincelle de l’âme. Ceux qui sont dans la vie active ne peuvent en faire l’expérience d’une manière aussi élevée ; et pourtant toute leur bonne volonté, tout leur amour et toutes leurs vertus reçoivent la vie et la conservent dans cette étincelle. S’ils ne peuvent con-naître la touche divine au même degré que les contemplatifs, c’est qu’ils ne sont pas encore assez élevés dans le royaume de l’âme et dans la vie affective ; car cette touche divine c’est Dieu adhérant à l’âme, en son plus haut sommet. En tant que l’âme comprend et ressent cette touche, c’est quelque chose de créé, mais en tant que celle-ci lui échappe, il s’agit de Dieu même, et alors vient l’impatience d’amour. En cet état élevé, l’âme demeure toujours attachée à l’unité en sa mémoire ; elle se répand à l’extérieur par l’activité de ses puissances, mais le fond même de ces puissances demeure attaché à l’unité. Cependant elle voudrait bien suivre, à travers l’unité, le flot doux comme le miel qui en jaillit, afin d’arriver jusqu’à la source vive d’où il s’échappe ; mais plus elle tend de ce côté avec ardeur de désir, plus elle ressent l’impatience et l’emportement d’amour. Le désir de la créature ne peut atteindre Dieu, car avec une lumière et un amour créés, son opération est limitée ; à ce degré donc, l’âme demeure toujours dans l’ardeur d’amour, et c’est pour elle une vraie noblesse, ainsi qu’une haute ressemblance avec la Sainte-Trinité. LE LIVRE DU ROYAUME DES AMANTS DE DIEU CHAPITRE XXV Jan van Ruysbroeck


Voir en ligne : Christologie

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.