Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > La volonté de Dieu

La volonté de Dieu

mercredi 3 décembre 2008

Cette figure, en forme de soleil (la description est celle du frontispice gravé de la première édition de la Règle de la Perfection [1]) représente la volonté de Dieu. Les visages placés ici en l’un (soleil) représentent des âmes vivantes en l’autre (volonté divine)... Ces visages sont disposés en cercle par trois rangs, montrant les trois degrés de cette divine volonté. Le premier degré signifie les âmes de la vie active ; le second, celles de la contemplation ; le troisième, celles de la suréminence. Et pour ce, au-dehors du premier rang, sont beaucoup d’outils manuels (pinces, marteaux) qui dénotent la vie active. Au-dedans du troisième cercle est Jéhovah. Au cercle et au rang du milieu, il n’est rien mis, pour signifier qu’en cette sorte de vie contemplative, sans autre spéculation et pratique, il faut suivre le trait de la volonté de Dieu. Les outils sont sur la terre et en obscurité, d’autant que les œuvres extérieures d’elles-mêmes sont pleines de ténèbres. Ces outils toutefois sont touchés du rayon et frappés de la clarté du soleil, pour être les œuvres éclairées et illuminées de cette volonté de Dieu.

La clarté de cette volonté divine donne peu sur les visages de premier ordre ; sur les seconds bien davantage ; mais les troisièmes sont tout resplendissants. Les premiers paraissent beaucoup plus ; les seconds, moins ; les troisièmes, presque point. Ce qui montre que les âmes de premier ordre sont beaucoup en elles-mêmes ; celles du second sont moins en elles-mêmes et plus en Dieu ; et celles du troisième ne sont presque point en elles-mêmes, mais tout en Dieu et absorbées en sa volonté essentielle. Tous ces figures et visages ont les yeux fichés en cette volonté de Dieu. (Benoît de Canfeld)


Voir en ligne : Christologie


[1Voir, à ce sujet, l’Éminence Grise, d’Aldous Huxley (NdT).

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.