Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Les mystères de la Vérité divine

Les mystères de la Vérité divine

dimanche 30 novembre 2008

Les mystères simples, absolus et immuables de la Vérité divine sont cachés dans les ténèbres super-lumineuses de ce silence qui révèle en secret. Car ces ténèbres, bien qu’elles soient de l’obscurité la plus profonde, sont pourtant d’une clarté rayonnante ; et, bien qu’elles soient au-delà du toucher et de la vue, elles font plus qu’emplir notre esprit aveugle de splendeurs de beauté transcendante... Nous désirons ardemment demeurer dans ces ténèbres transparentes, et, à force de ne pas voir et de ne pas connaître, voir Celui qui est au-delà de la vue et de la connaissance — par le fait même de ne Le voir ni ne Le connaître. Car c’est là véritablement voir et connaître, et, au moyen de l’abandon de toutes choses, louer Celui qui est au-delà et au-dessus de toutes choses. Car cela n’est pas sans analogie avec l’art de ceux qui sculptent dans la pierre une image à la ressemblance vivante : enlevant autour d’elle tout ce qui empêche une vision nette de la forme latente, ils en révèlent la beauté cachée, uniquement en ôtant. Car il est, à ce que je crois, plus convenable de Le louer en ôtant qu’en attribuant ; car nous Lui assignons des attributs, quand nous partons des universaux et arrivons, par les intermédiaires, aux particuliers. Mais ici, nous Lui ôtons toutes choses, montant des particuliers aux universaux, afin que nous puissions connaître ouvertement l’inconnaissable, qui est caché dans et sous toutes choses qui peuvent être connues. Et nous contemplons ces ténèbres au-delà de l’être, dissimulées sous toute la lumière naturelle. (Denys l’Aréopagite)


Voir en ligne : Les voies

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.