Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Il est l’Un

Il est l’Un

dimanche 30 novembre 2008

Le dessein de tous les mots est d’illustrer la signification d’un objet. Quand on les entend, ils devraient permettre à l’auditeur de comprendre cette signification, et cela, selon les quatre catégories de substance, d’activité, de qualité et de relation. Par exemple, vache et cheval appartiennent à la catégorie des substances. Il fait la cuisine, ou il prie, appartiennent à la catégorie des activités. Blanc et noir appartiennent à la catégorie des qualités. Avoir de l’argent, ou posséder des vaches appartiennent à la catégorie des relations. Or, il n’y a point de classe de substance à laquelle appartienne le Brahman, point de genre commun. Il ne peut donc pas être désigné par des mots qui, tels que (« être », au sens ordinaire, signifient une catégorie de choses. Il ne peut non plus être désigné par la qualité, car il est sans qualités ; ni par l’activité, car il est sans activité, — « au repos, sans parties ni activité », selon les Écritures. Il ne peut être désigné non plus par une relation, car il est « sans second », et il n’est l’objet de rien que de son propre soi. En conséquence, il ne peut être défini par un mot ni par une idée ; comme dit l’Écriture, il est l’Un, « devant qui les mots reculent ». (Sankara)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.