Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > La doctrine de la Lumière intérieure

La doctrine de la Lumière intérieure

dimanche 30 novembre 2008

La doctrine de la Lumière intérieure fut formulée avec plus de clarté dans les écrits de la seconde génération des quakers. « Il y a, écrivit William Penn, quelque chose de plus proche de nous que les Écritures, savoir : le Verbe dans le cœur, d’où proviennent toutes les Écritures. » Et, un peu plus tard, Robert Barclay chercha à exprimer l’expérience directe du tat tvam asi dans le langage d’une théorie augustinienne qu’il a fallu, bien entendu, considérablement étendre et enjoliver avant qu’elle pût s’adapter aux faits. L’homme, déclarait-il dans ses thèses célèbres, est un être déchu, incapable du bien, à moins qu’il ne soit uni à la Lumière divine. Cette Lumière divine, c’est le Christ à l’intérieur de l’âme humaine, et elle est aussi universelle que la semence du mal. Tous les hommes, les païens aussi bien que les chrétiens, sont doués de la Lumière intérieure, même s’ils ne savent rien de l’histoire extérieure de la vie du Christ. La justification est pour ceux qui ne résistent pas à la Lumière intérieure, et permettent ainsi une nouvelle naissance de sainteté en eux. (Aldous Huxley, La philosophie éternelle)


Voir en ligne : Théosophie

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.