Philosophia Perennis

Accueil > Philosophia > La vertu

La vertu

samedi 29 novembre 2008

La “ vertu ” au sens moderne n’a rien à voir avec la virtus antique. Virtus désignait la force de caractère, le courage, la prouesse, la fermeté virile. Ce terme dérivait de vir, l’homme véritable, non l’homme dans un sens général et naturaliste. Le même terme a pris, dans la langue moderne, un sens essentiellement moraliste, très souvent associé à des préjugés d’ordre sexuel, au point que, se référant à lui, Vilfredo Pareto a forgé le terme “ vertuisme ” pour désigner la morale bourgeoise puritaine et sexophobe. Quant on dit une “ personne vertueuse ”, on pense aujourd’hui à quelque chose de bien différent de ce que pouvaient signifier par exemple, à l’aide d’une réitération efficace, des expressions comme celle-ci : vir virtute praeditus. II n’est pas rare que la différence se transforme en opposition. En effet, une âme forte, fière, intrépide, héroïque est le contraire de ce que veut dire une personne “ vertueuse ” au sens moraliste et conformiste moderne.

Le sens de virtus comme force efficiente ne s’est maintenu que dans certaines locutions particulières : la “ vertu ” d’une plante ou d’un médicament, “ en vertu ” de ceci ou de cela. (EVOLA - L’Arc et la Massue)


Voir en ligne : EVOLA - L’Arc et la Massue

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.