Philosophia Perennis

Accueil > Ésotérisme occidental > L’Esprit se connaît entièrement

L’Esprit se connaît entièrement

lundi 24 novembre 2008

félicité
felicidade
bonheur
felicidad
happiness
Bonne chance ou fortune ; le mot grec est un composés fait sur daimon (puissance divine, dieu, destin). (selon R. Guérineau)

Comme nous l’enseigne la Kabbale Kabbale La Kabbale (Qabalah - קבלה en hébreu) est une tradition mystique juive, présentée comme la « Loi orale et secrète » donnée par YHWH à Moïse sur le Mont Sinaï, en même temps que la « Loi écrite et publique » (la Torah). — et aussi, de la manière la plus directe possible, le Néo-platonisme et le Védantisme — l’Esprit esprit
pneuma
L’esprit est constitué par l’ensemble des facultés intellectuelles. Dans de nombreuses traditions religieuses, il s’agit d’un principe de la vie incorporelle de l’être humain. En philosophie, la notion d’esprit est au cœur des traditions dites spiritualistes. On oppose en ce sens corps et esprit (nommé plus volontiers conscience par la philosophie et âme par certaines religions. En psychologie contemporaine, le terme devient synonyme de l’ensemble des activités mentales humaines, conscientes et non-conscientes.
réside, tout en transcendant transcendance Sous le rapport de la transcendance, Dieu seul est le Bien ; lui seul possède, par exemple, la qualité de beauté ; au regard de la Beauté divine, la beauté d’une créature n’est rien, comme l’existence elle-même n’est rien à côté de l’Etre divin ; c’est là la perspective de transcendance. [Frithjof Schuon] l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
, dans le tréfonds de celle-ci. L’âme et toutes les manifestations formelles ou distinctes, qu’elles soient internes ou externes, procèdent de lui, mais lui est sans forme forme
idea
eidos
eîdos
idéa
En philosophie, on oppose la forme à la matière dans les cas généraux. Chez Aristote, c’est ce vers quoi tend tout changement : elle est à la fois l’acte, l’essence, la perfection, et le principe d’unité de chaque être. (Wikipédia)
et sans distinction ; en lui, le sujet sujet
objet
La notion du « sujet », loin de n’être que psychologique, est avant tout logique et principielle et ne saurait se restreindre par conséquent à aucun ordre particulier ; la subjectivité évidente des facultés de sensation prouve déjà que le couple sujet-objet n’appartient pas au seul domaine de la psychologie. [Frithjof Schuon]
et l’objet de la connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
ne font qu’un : l’Esprit se connaît entièrement, il est la Connaissance totale et tout ce qui est connaissable, en soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
et dans les choses. La pensée, elle, n’est qu’un plan de réflexion individuel et formel de ce qui est connaissable, de la Connaissance ou de l’Esprit ; elle se meut toujours entre un sujet mental, ou ce qui pense, et un objet mental, ou ce qui se reflète dans la pensée. Mais ce qui se reflète dans la pensée n’est assimilé par elle que dans sa forme mentale, non dans sa forme concrète — soit corporelle, soit subtile — ni à plus forte raison dans sa réalité supra-formelle, spirituelle et universelle ; ainsi, la pensée est un miroir psychique et rationnel de toutes choses intelligibles, miroir qui ne devient jamais ce qu’il reflète. La pensée ne permet donc pas à celui qui pense d’assimiler, par elle seule, la réalité de l’objet mental : elle reste la connaissance symbol symbolon
symbolisme
symboles
symbole
Étymologie grecque : sym-balleîn = « jeter ensemble ». Correspondance naturelle de signifiant à signifié, chez les ésotéristes. (Pierre Riffard)
ique des choses, connaissance qui rapproche d’elles le penseur, mais qui ne l’identifie pas réellement avec elles. La pensée laisse subsister le dualisme entre le sujet et l’objet, à tel point que l’homme homme
anthropos
hommes
humanité
L’homme est la personnification d’une alternative aux dimensions qui échappent à sa vision immédiate ; en d’autres termes, la raison d’être même de la condition humaine est de choisir, et de faire le bon choix : d’opter pour la participation libératrice à l’Etre nécessaire, et non pour l’errance asservissante dans le labyrinthe du possible et en direction du néant. (Frithjof Schuon, Perspectives spirituelles et faits humains)
qui ne se connaît que par elle, ne s’est pas véritablement assimilé lui-même ; il ne se connaît pas réellement et ne représente pour lui-même que sa propre forme mentale, la pensée ou l’image image
eikon
eikón
Il n’y a pas de théophanie qui ne soit préfigurée dans la constitution même de l’être humain, car celui-ci est "fait à l’image de Dieu" ; l’ésotérisme entend actualiser ce que Dieu a mis de divin dans ce miroir de lui-même qu’est l’homme. (Frithjof Schuon, Résumé de métaphysique intégrale)
qu’il se fait de lui-même. C’est ce dualisme inhérent à la pensée, qui est la cause causa
cause
aitia
aitía
aition
du doute et de l’erreur ; l’Esprit, au contraire, est l’unité l'unité "Il faut élever cette fine pointe de l’âme, selon laquelle nous sommes unité. Nous participons au Premier, duquel dérive pour toutes choses l’unification, selon l’unité et pour ainsi dire la fleur de notre essence, grâce à laquelle nous nous attachons principalement au Divin. Partout, en effet, ’c’est par le semblable qu’est appréhendé le semblable’, les principes les plus élevés d’unification des êtres par ce qu’il y a d’un dans l’âme. De toutes nos activités, c’est ici la plus haute : par elle nous devenons possédés de Dieu." (Proclus) réelle du sujet et de l’objet cognitifs, et cette unité est la certitude, la vérité aletheia
alêtheia
veritas
vérité
truth
verdad
de la connaissance. (Leo Schaya, L’homme et l’Absolu Absolu
Absoluto
Absolute
Absoluteness
selon la Kabbale)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.