Philosophia Perennis

Accueil > Ésotérisme occidental > L’Esprit se connaît entièrement

L’Esprit se connaît entièrement

lundi 24 novembre 2008

Comme nous l’enseigne la Kabbale — et aussi, de la manière la plus directe possible, le Néo-platonisme et le Védantisme — l’Esprit réside, tout en transcendant l’âme, dans le tréfonds de celle-ci. L’âme et toutes les manifestations formelles ou distinctes, qu’elles soient internes ou externes, procèdent de lui, mais lui est sans forme et sans distinction ; en lui, le sujet et l’objet de la connaissance ne font qu’un : l’Esprit se connaît entièrement, il est la Connaissance totale et tout ce qui est connaissable, en soi et dans les choses. La pensée, elle, n’est qu’un plan de réflexion individuel et formel de ce qui est connaissable, de la Connaissance ou de l’Esprit ; elle se meut toujours entre un sujet mental, ou ce qui pense, et un objet mental, ou ce qui se reflète dans la pensée. Mais ce qui se reflète dans la pensée n’est assimilé par elle que dans sa forme mentale, non dans sa forme concrète — soit corporelle, soit subtile — ni à plus forte raison dans sa réalité supra-formelle, spirituelle et universelle ; ainsi, la pensée est un miroir psychique et rationnel de toutes choses intelligibles, miroir qui ne devient jamais ce qu’il reflète. La pensée ne permet donc pas à celui qui pense d’assimiler, par elle seule, la réalité de l’objet mental : elle reste la connaissance symbolique des choses, connaissance qui rapproche d’elles le penseur, mais qui ne l’identifie pas réellement avec elles. La pensée laisse subsister le dualisme entre le sujet et l’objet, à tel point que l’homme qui ne se connaît que par elle, ne s’est pas véritablement assimilé lui-même ; il ne se connaît pas réellement et ne représente pour lui-même que sa propre forme mentale, la pensée ou l’image qu’il se fait de lui-même. C’est ce dualisme inhérent à la pensée, qui est la cause du doute et de l’erreur ; l’Esprit, au contraire, est l’unité réelle du sujet et de l’objet cognitifs, et cette unité est la certitude, la vérité de la connaissance. (Leo Schaya, L’homme et l’Absolu selon la Kabbale)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.