Philosophia Perennis

Accueil > Symbolisme > Les espèces animales les plus inférieures

Les espèces animales les plus inférieures

vendredi 21 novembre 2008

Les espèces animales les plus inférieures, celles qui - nous répugnent, manifestent le plus directement la qualité d’ignorance (tamas) ; elles nous sont désagréables parce qu’elles sont de la « matière vivante » ou « consciente », alors que la loi de la matière est précisément l’inconscience. Les singes nous choquent pour la raison inverse, c’est-à-dire parce qu’ils sont comme des hommes dépourvus de la conscience centrale qui caractérise le genre humain ; ils sont, non de la « matière consciente, », mais de la conscience décentralisée, dissipée [1]. D’autre part, il est des animaux supérieurs à forme « spirituelle » inférieure, et inversement : l’homme n’aime ni les porcs ni les hyènes, mais il n’éprouve aucune antipathie pour des insectes tels que les abeilles, les papillons ou les coccinelles. (Frithjof Schuon, Perspectives spirituelles et faits humains)


Voir en ligne : Hyper-Schuon


[1A l’objection qu’il est des singes sacrés, dans l’Inde par exemple, nous répondrons qu’il faut distinguer entre un symbolisme intrinsèque et un symbolisme partiel, le premier résidant dans la nature fondamentale et le second dans un attribut. L’extrême agilité des singes est susceptible d’un symbolisme positif, exactement comme la fidélité et la vigilance des chiens ou comme la prudence des serpents.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.