Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chinoise > Le plus appelle le moins

Le plus appelle le moins

dimanche 16 novembre 2008

A. — Le commencement de la contraction suit nécessairement l’apogée de l’expansion. L’affaiblissement suit la force, la décadence suit la prospérité, le dépouillement suit l’opulence. Voilà la lumière subtile (que beaucoup ne veulent pas voir). Toute puissance et toute supériorité précédente s’expient par la débilité et l’infériorité subséquente. Le plus appelle le moins, l’excès appelle le déficit.

B. — Que le poisson ne sorte pas des profondeurs (où il vit ignoré mais en sécurité, pour se montrer à la surface où il sera harponné). Qu’un Etat ne fasse pas montre de ses ressources (s’il ne veut pas qu’aussitôt tous se tournent contre lui pour l’écraser).

Lao-Tzeu, 36.


Voir en ligne : Les pères du système taoïste

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.