Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Maxime le Confesseur (580-662) > Balthasar : LES QUATRE THEMES FONDAMENTAUX DE MAXIME LE CONFESSEUR

Liturgie cosmique

Balthasar : LES QUATRE THEMES FONDAMENTAUX DE MAXIME LE CONFESSEUR

Hans Urs von Balthasar

dimanche 14 septembre 2014

félicité
felicidade
bonheur
felicidad
happiness
Bonne chance ou fortune ; le mot grec est un composés fait sur daimon (puissance divine, dieu, destin). (selon R. Guérineau)

Avant d’aborder les problèmes obscurs et encore discutés que pose l’oeuvre du Confesseur, il est capital de préciser et de mettre nettement en relief les thèmes fondamentaux de sa pensée. C’est en ne les perdant pas de vue qu’on pourra répondre aux accusations mentionnées plus haut. Ce sont ces thèmes fondamentaux qui font de Maxime autre chose qu’un simple compilateur, c’est par eux que s’anime en lui cet instinct créateur qui travaille avec les données de la traditio diadosis Selon René Guénon, la Tradition, est par essence d’origine « supra-humaine », c’est même très exactement là sa juste définition et rien de ce qui est traditionnel ne peut être qualifié de tel sans la présence de cet élément fondamental, vital et axial, qui en détermine le caractère propre et authentique. (Jean-Marc Vivenza, DICTIONNAIRE DE RENÉ GUÉNON) n sans doute, mais en imposant aux matériaux une architecture unique qui lui est propre. Son instinct créateur, son génie peut-être ser
être
being
ón
Le concept d’être désigne en général ce que nous ressentons exister d’une manière ou d’une autre dans la perception, qu’elle soit sensible ou intelligible. L’étude de l’être est appelée ontologie ou métaphysique.
, ouvre les uns aux autres quatre quatre
quaternité
Quand la quaternité est horizontale, elle se réfère aux qualités universelles ; quand elle est verticale, elle indique les degrés de l’Univers - l’enfoncement dans la relativité. [Frihtjof Schuon]
mondes de pensée absolument étrangers. De chacun d’eux, il tire une lumière lumière La lumière semble avoir fait l’objet d’une interprétation symbolique dès que les hommes se sont mis à croire dans un au-delà. Depuis la possible déification du feu, devenu élément vital pour l’Homme préhistorique, puis l’un des quatre éléments de la philosophie de la Grèce antique, jusqu’à la théologie chrétienne de Dieu comme "lumière des lumières", l’illumination étant présente dans de nombreuses religions, on n’a eu de cesse que de lui accorder des origines et vertus surnaturelles. qui éclaire tous les autres et les place Ort
lieu
lugar
location
locus
place
sous un angle nouveau d’où résultent les réfractions et les rapports les plus inattendus. Maxime, en effet, est tout ensemble un mystique néo-platonicien et chrétien, un philosophe aristotélicien, un moine qui a subi l’influence d’Origène, un champion et même un martyr de la Christologie orthodoxe telle que l’avait définie le Concile de Chalcédoine.


Voir en ligne : Máximo o Confessor