Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Edith Stein (1891-1942) > Stein : Sur la Phénoménologie

Florent Gaboriau - l’Entrée en Métaphysique

Stein : Sur la Phénoménologie

Histoire - méthode - points de départ - confrontations

jeudi 28 août 2014

Extrait de « Sur la Phénoménologie », avec Édith Stein : Histoire - méthode - points de départ - confrontations.

On trouvera particulièrement éclairantes - et émouvantes à relire aujourd’hui, - ces interventions d’une disciple de HUSSERL, morte depuis martyre du nazisme (Journées d’études de la Société Thomiste, à Juvisy, sous la présidence de J. Maritain, le 12 septembre 1932) - publiées dans le volume intitulé « Phénoménologie », Le Saulchoir, Kain, Belgique, (éd. du Cerf). (Je reprends d’autant plus volontiers la traduction qu’elle y laisse beaucoup à désirer).
[Florent Gaboriau - l’Entrée en Métaphysique, Casterman, 1962]

[b]Méthode[/b]
« La déduction au sens traditionnel du terme n’est pas ce qui correspond à la méthode phénoménologique : Son processus est au contraire de « décel » (Aufweis) réflexif : d’abord, analyse régressive, qui part du monde tel qu’il nous est donné à nous dans la disposition de nature (in der naturlichen Einstellung) ; puis les actes et les complexes d’actes que l’on décrit, et dans lesquels le monde des choses se constitue pour la conscience ; finalement le fleuve temporel (ou le flux, Zeitfluss) dans lequel les actes mêmes se constituent comme unités de durée. Alors peut commencer une description de la constitution, qui suit le processus inverse partant de l’ultime décelable, qui est la vie actuelle du Moi transcendantal, on représente progressivement comment, à travers cette vie actuelle se constituent les actes et leurs corrélats objectifs de divers ordres, jusqu’au monde matériel des choses, et éventuellement des réalités d’un degré supérieur » (P. 101)


Voir en ligne : Edith Stein