Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Jean Climaque (580-650) > Jean Climaque

Histoire de la Philosophie - La Philosophie Byzantine

Jean Climaque

Basile Tatakis

mercredi 26 septembre 2007

Extrait de « Histoire de la Philosophie », Fascicule supplémentaire - La Philosophie Byzantine, de Basile Tatakis

Avec saint Jean Climaque, l’abbé de Sinaï, dit Scolastique, à cause causa
cause
aitia
aitía
aition
de son excellente culture (ca 525-605), nous arrivons au point culminant de cet ascétisme pratique, à son moment le plus fécond. Les idées mystiques, l’élan vers la perfection perfection
perfeição
perfección
, le profond amour amour
eros
éros
amor
love
pour la cité angélique qu’est la communauté monastique, en un mot la vertu arete
excellence
vertu
vertue
virtude
virtue
virtud
monastique trouvèrent en lui leur meilleur interprète. A l’invitation de Jean de Raithu, son admirateur zélé, Jean Climaque composa l’Echelle spirituelle (Scala Paradisi), une œuvre qui devint célèbre et qui est considérée comme le chef-d’œuvre de l’ascétisme oriental du VIIe siècle. Le titre fait allusion à l’échelle céleste que vit en rêve sonho
rêve
dream
Dans la mythologie grecque, Morphée désigne les songes. Fils d’Hypnos (le Sommeil) et de Nyx (la Nuit), il est représenté avec des ailes battant rapidement et silencieusement, qui lui permettent de voler et lui confèrent l’ubiquité.
Jacob (Bible, Gen., 28, 12) ; de même la composition en 30 chapitres ou échelons fait allusion aux trente ans de vie vie Le philosophe Michel Henry définit la vie d’un point de vue phénoménologique comme ce qui possède la faculté et le pouvoir « de se sentir et de s’éprouver soi-même en tout point de son être ». Pour lui, la vie est essentiellement force subjective et affectivité, elle consiste en une pure expérience subjective de soi qui oscille en permanence entre la souffrance et la joie. cachée de Jésus. La Lettre au pasteur (Liber ad pastorem), qui dans les éditions courantes est regardé comme un traité à part, faisait à l’origine partie intégrante de l’ouvrage, sa partie finale. On reconnaît aisément que Climaque est fortement influencé par saint Grégoire de Nazianze et le pseudo-Denys et l’on trouve en lui comme un écho de la pensée stoïcienne et cynique. Néanmoins sa source principale reste sa propre expérience expérience
aisthesis
perception
aísthesis
sensation
experiência
sensação
percepção
impressão
impression
impresión
percepción
sensación
d’ascète et les conférences qu’il a eues avec d’autres ascètes renommés. C’est ce qui confère un air tout personnel à sa parole, comme à sa pensée et lui permet de passer sous silence silence ses sources. Le monastère étant considéré comme une école préparatoire à la vie future, le moine y passe toute sa vie en qualité d’élève. Le moine a un combat à livrer pour gagner sa perfection et voir réalisées dès ce monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
les paroles évangéliques. Combat rude et âpre envers soi-même Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
, envers les autres. Saint Paul fut le premier à comparer cet effort pour la perfection à un combat athlétique. Le moine en effet est un athlète, un ascète qui consume sa vie dans l’ascèse ascèse
askesis
askêsis
ascese
ascesis
ascetismo
ascetism
de l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
et du corps Körper
corpo
corps
soma
cuerpo
body
. Le traité de Climaque est justement un guide, une méthode de cette ascèse. Le ton est de beaucoup semblable à celui de la diatribe cynico-stoïcienne, mais le but final est radicalement différent. L’indépendance de la raison dianoia
la raison
raison discursive
reason
razão
razón
et son hégémonie sont pour le sage stoïcien une fin en soi ; pour le chrétien elles ne sont, au contraire, qu’un moyen pour se détacher complètement de ce monde et s’attacher à Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
 ; un moyen pour le salut salut Dans les religions qui constatent la rupture entre Dieu et les humains, le salut, salut de l’âme ou salut éternel est le rétablissement durable, éternel, des liens entre eux. de son âme. Comme elle a sa méthode, l’ascèse, a aussi sa pédagogie. L’ascète ne peut pas espérer gagner seul la perfection ; le croire croyance
croire
crença
crer
belief
believe
c’est de l’arrogance orgueil
hyperephanía
arrogance
infatuation
Selon Jean-Claude Larchet (Thérapeutique des maladies spirituelles), les Pères envisagent l’orgueil comme très proche de l’amour-propre. Comme celui-là il a deux composantes : l’une se manifeste dans les rapports de l’homme avec ses semblables et l’autre concerne la relation de l’homme à Dieu.
. Il doit faire preuve d’une humilité humilité
tapeinophrosyne
humble
humiliation
Selon Jean-Claude Larchet (Thérapeutique des maladies spirituelles), consiste pour l’homme à reconnaître ses limites, sa faiblesse, son impuissance, son ignorance, et aussi à s’abaisser volontairement, "à se regarder comme un néant malgré la grandeur et le nombre de ses mérites" (St. Jean Chrysostome).
excessive et s’attacher de toute son âme à son guide, le pasteur. Le rôle de celui-ci, son art Kunst
arte
art
et ses qualités, plus généralement l’art de gouverner, est esquissé dans la partie finale de l’œuvre de Climaque, la Lettre au pasteur. Est vrai pasteur, y est-il dit, celui qui peut par sa bonté, par sa propre activité et sa prière rechercher et retrouver ceux qui sont perdus. Cette force d’âme ne peut lui venir que de Dieu et de ses propres exploits. Par elle seule il peut sauver le navire, non seulement de la tempête, mais le tirer hors de l’abîme même. Le vrai pasteur prend connaissance connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento
de Dieu par une illumination intérieure qui rend inutiles tous les écrits. Il ne convient pas aux maîtres d’éduquer par des copies, c’est-à-dire par des connaissances qui leur viennent du dehors. Ils offrent à leurs brebis leur propre âme. Cette sagesse sophia
sagesse
sabedoria
wisdom
sabedoría
σοφία
, qui lui est conférée par Dieu, le pasteur la reconnaîtra, quand il pourra mener à la perfection non pas les diligents, mais ceux qui sont incultes et imprudents. Le pasteur ne cessera pas de jouer à la flûte de la raison, même quand ses brebis paissent ; ni même quand elles vont se coucher ; il n’y a rien rien Le mot rien désigne une absence de chose(s), sans la notion de dénombrement ou de concept mathématique qui s’attache au nombre zéro. « Il n’y a rien ici » signifie qu’aucun objet n’est présent, sans a priori sur la nature des objets qui auraient pu se trouver à l’endroit considéré. que le loup craigne autant que la résonance de la flûte pastorale. On voit, par ce qui précède, que Jésus lui-même sert ici de modèle à Climaque pour dessiner le type du vrai pasteur.


Voir en ligne : Jean Climaque