Philosophia Perennis

Accueil > Ésotérisme occidental > Louis-Claude de Saint-Martin (1743-1803) > Saint-Martin - TABLE « RASÉE »

André Tanner - sélection et organisation thématique

Saint-Martin - TABLE « RASÉE »

vendredi 12 octobre 2007

... Ceux qui ont voulu regarder l’homme comme une table rase, se sont peut-être trop pressés ; ils auraient pu, ce me semble, se contenter de le regarder comme une table rasée, mais dont les racines restent encore, et n’attendent que la réaction convenable pour germer. Ce terme moyen aurait pu concilier depuis longtemps et le système ancien qui prétend que nous avons des idées innées, et le système moderne qui prétend le contraire. Car l’un et l’autre donnent également dans les extrêmes.

En effet, si les idées complètes étaient innées en nous, nous ne serions pas obligés de passer, comme nous le faisons, sous la loi impérieuse du temps, et par la lenteur indispensable du perfectionnement de notre intelligence ; et si, d’un autre côté, le germe de l’idée n’était ou ne se semait pas en nous, ce serait en vain que nous passerions sous cette loi impérieuse du temps et par la lenteur de l’éducation, puisque ni l’une ni l’autre ne produirait plus d’effet sur nous que sur une huître.

Aussi, avec un peu plus d’attention, Locke, le fameux adversaire des principes innés, n’aurait pas dit si légèrement dans le premier chapitre de son premier livre : « Si ces vérités étaient innées, quelle nécessité y aurait-il de les proposer, pour les faire recevoir ? »

Il est bien vrai que si un gland était un chêne, on n’aurait pas besoin de le semer et de le cultiver, pour lui faire manifester l’arbre majestueux qui en provient : mais si, parce qu’il n’est pas un chêne, on prétendait que le germe, ou la faculté de produire ce chêne par la culture, n’est pas dans le gland, il est constant alors qu’on soutiendrait une erreur démontrée par le fait.

Ainsi l’homme est comme la terre en qui on ne peut créer le germe d’aucune semence, mais en qui on peut les développer tous, parce qu’ils trouvent tous en elle des propriétés analogues. Ainsi toutes les idées quelconques sont destinées à passer par la terre de l’homme, et à y recevoir chacune leur espèce de culture.

(Le Crocodile. Réponse à la question de l’Institut : Quelle est l’influence des signes sur la formation des idées.)