Philosophia Perennis

Accueil > Tradition hindoue > Schweitzer : LA PENSÉE OCCIDENTALE ET LA PENSÉE INDIENNE

Les grands penseurs de l’Inde

Schweitzer : LA PENSÉE OCCIDENTALE ET LA PENSÉE INDIENNE

Albert Schweitzer

jeudi 17 décembre 2009

Extrait de Albert Schweitzer, « Les grands penseurs de l’Inde. »

Une grande ignorance ignorance
ignorância
ignorancia
règne en Europe sur les formes de pensée différentes de la nôtre, et particulièrement sur la pensée de l’Inde. Celle-ci est difficile à aborder, à cause causa
cause
aitia
aitía
aition
du rôle important qu’y joue la négation de la vie vie Le philosophe Michel Henry définit la vie d’un point de vue phénoménologique comme ce qui possède la faculté et le pouvoir « de se sentir et de s’éprouver soi-même en tout point de son être ». Pour lui, la vie est essentiellement force subjective et affectivité, elle consiste en une pure expérience subjective de soi qui oscille en permanence entre la souffrance et la joie. et du monde Welt
Weltlichkeit
monde
mondanéité
mundo
mundidade
mundanidade
worldliness
mundanidad
, conception foncièrement étrangère à la pensée occidentale moderne qui — comme d’ailleurs celle de Zoroastre Zoroastre
Zarathushtra
Zoroastre ou Zarathushtra (Zaraθuštra en avestique, Ζωροάστρης en grec), personnage religieux, prophète et fondateur du Zoroastrisme, ancienne religion de la Perse.
et des philosophes chinois — pose en principe Principe
arche
arkhê
princípio
Princípio
Principio
Principle
l’affirmation de la vie et du monde.

Par « affirmation de la vie et du monde », nous entendons l’attitude de l’homme Mensch
homme
être humain
ser humano
human being
homem
hombre
the man
anthropos
hommes
humanité
humanity
qui dit « oui » à la vie et au monde, de l’homme qui, considérant la vie telle qu’il en prend conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
en son propre être et telle qu’il la perçoit dans l’Univers Univers L’Univers est un tissu fait de nécessité et de liberté, de rigueur mathématique et de jeu musical ; tout phénomène participe de ces deux principes. [Frithjof Schuon] , l’estime comme une valeur en soi Selbst
soi-même
Soi
si mesmo
Self
si mismo
A non-personal, all-inclusive awareness.
, et s’efforce, en conséquence, de la maintenir, de l’amener à sa perfection perfection
perfeição
perfección
entelecheia
propre et de lui assurer son plein épanouissement.

Par « négation de la vie et du monde », nous entendons l’attitude de l’homme qui, considérant la vie telle qu’il en prend conscience en son propre être et telle qu’il la perçoit dans l’Univers, l’estime dépourvue de sens et pleine de douleur, et qui en conséquence se trouve amené à annihiler la volont voluntas Notre volonté n’est pleinement humaine que par sa participation opérative aux vérités concernant Dieu et nos fins dernières. [Frithjof Schuon] é de vie qui est en lui et à renoncer à toute activité Yin
Yang
passivité
activité
passif
actif
tendant à créer de meilleures conditions d’existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
pour lui et pour les autres êtres.

L’affirmation de la vie pouvant être considérée comme étant impliquée dans l’affirmation du monde, nous emploierons, dans la suite, pour simplifier, les termes affirmation et négation du monde.

L’attitude affirmative comporte pour l’homme le devoir de servir son prochain, la société, la patrie, l’humanité, de se dévouer en général à tout être vivant et de faire preuve dans toute son activité d’un tenace espoir en un progrès possible.

L’attitude négative anéantit en l’homme tout intérêt pour le monde extérieur ; l’existence ne lui paraît qu’un jeu auquel il est forcé de prendre part ou qu’un pèlerinage mystérieux et douloureux à travers le temporel vers la patrie éternelle.

D’ordinaire, on appelle optimisme et pessimisme ces deux attitudes opposées. Mais cette distinction ne porte pas sur l’essentiel. Certes notre attitude fondamentale — affirmative ou négative — est influencée dans une mesure plus ou moins grande par l’inclination naturelle — optimiste ou pessimiste — de l’individu ainsi que par le concours heureux ou malheureux des circonstances. Mais elle n’est pas la simple résultante de cette inclination ou de ces circonstances. Au contraire, c’est précisément au milieu des pires circonstances extérieures qu’une vraie et profonde affirmation du monde fait ses preuves, de même qu’une très réelle négation du monde peut naître et prendre sa signification la plus profonde chez des natures sereines, favorisées par la fortune.

L’attitude affirmative, tout comme la négative, sont des positions qu’il faut sans cesse conquérir à nouveau.

L’affirmation du monde est naturelle parce qu’elle répond au vouloir-vivre instinctif existant en chaque être. La négation du monde nous paraît, à nous autres Européens, illogique et contre nature nature
physis
phusis
phúsis
natura
natureza
naturaleza
parce qu’elle est en contradiction avec notre instinct et notre intuition intuition
intuitio
intuitus
intuição
intuición
.

La différence foncière des deux attitudes n’a rien à voir avec les différences raciales ; en effet les Aryens de l’Inde adoptent l’attitude négative, tandis que leurs frères de race, les Iraniens et les Européens, optent pour l’attitude affirmative. C’est à une différence de pensée que tient la différence des deux conceptions du monde.


Voir en ligne : Tradições da Índia