Philosophia Perennis

Accueil > Soufisme > Attar : Le langage des oiseaux

Trad. Garcin de Tassy

Attar : Le langage des oiseaux

Internet Archive

samedi 8 novembre 2008

Extrait de l’étude qui suit la traduction.

LA POÉSIE PHILOSOPHIQUE ET CHEZ LES PERSANS d’après LE MANTIC UTTAÏR de Farid-uddin attar.

L’énigme de la nature a été diversement expliquée par la philosophie. Il s’est élevé en différents lieux et en différents siècles de grands génies, auxquels la foule a été docile et qui ont fait adopter par des millions d’adeptes leurs suppositions réduites en systèmes. Toutefois, il manquait à ce grand mystère une explication authentique, qui pût satisfaire à la fois et l’esprit et le cœur. Cette explication, que la science humaine avait en vain cherchée, nous la devons à la révélation déposée dans les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament. Elle nous a fait connaître les deux points culminants du mystère Dieu et l’homme. C’est sur ce dualisme abstrait que se sont exercés depuis longtemps nombre d’écrivains distingués, juifs, chrétiens et musulmans, et ces derniers peuvent même être simplement classés parmi les hérétiques chrétiens Mahomet fit reculer le christianisme jusqu’à une espèce de judaïsme ; il admet cependant non-seulement l’Ancien, mais le Nouveau Testament comme base de ses doctrines, et il reconnaît la mission de Moïse et celle de Jésus, le Messie promis. Ainsi, l’islamisme n’est en effet qu’une grande aberration chré » tienne. Avec les sociniens, les musulmans rejettent la divinité du Sauveur, et, par conséquent, la rédemption ; avec les unitaires, ils nient la Trinité, et enfin, comme les quakers, ils ne sont pas baptisés. Mais ils admettent la tradition de l’Eglise catholique sur le culte des saints et les prières pour les morts.