Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Clément d’Alexandrie (150-211) > Clément d’Alexandrie ; étude sur les rapports du christianisme et de la (...)

Clément d’Alexandrie ; étude sur les rapports du christianisme et de la philosophie grècque au 2. siècle

Faye, Eugène de, 1860-1929

lundi 6 octobre 2008

félicité
felicidade
bonheur
felicidad
happiness
Bonne chance ou fortune ; le mot grec est un composés fait sur daimon (puissance divine, dieu, destin). (selon R. Guérineau)

Préface

Introduction

Chapitre premier. — L Église chrétienne à la fin fin
finalité
telos
télos
Le finalisme est une option théorique qui affirme l’existence d’une cause finale de l’univers, de la nature ou de l’humanité. Elle présuppose un dessein, un but ultime, une signification, immanents ou transcendants, présents dès leur origine. Cette perspective est aussi dite téléologique.
du IIe siècle

— II. — Biographie de Clément. — Sa conversion

— III. — L École catéchétique d’Alexandrie Alexandrie
Alexandria
L’École d’Alexandrie désigne le mouvement platonicien qui a fleuri à Alexandrie entre le IVe et le VIIe siècles apr. J.-C., dont l’initiateur avait été Ammonius Saccas, le maître de Plotin. (d’après Y. Lafrance)

— IV. — Les écrits de Clément

Première Partie. — La Question littéraire

Chapitre premier. — Le grand ouvrage de Clément

— II. — Le Protrepticus

— III. — Le Pédagogue

— IV. — Le Maître

— V. — Les Stromates

— VI. — Du véritable caractère des Stromates

— VII. — La physionomie intellectu intellect
noûs
L’Intellect est l ’« oeil du coeur » ou l’organe de la connaissance directe. Il se projette dans l’âme individuelle en se limitant et se polarisant ; il se manifeste sous un triple aspect, ou si l’on préfère, il se scinde en trois modes : l’intelligence, la volonté et le sentiment. [Frithjof Schuon]
elle de Clément

Deuxième Partie. —La Question historique

Chapitre premier.— La question

— II. — Les simpliciores

— III. — Les simpliciores et Clément

— IV. — Ce que Clément entendait par philosophie

— V. — De la philosophie grecque dans le passé

— VI. — Du rôle de la philosophie dans le présent

— VII. — La Foi
foi
faith
pistis
Croire sincèrement, c’est croire comme si on voyait ; c’est admettre avec tout notre être ; c’est donc se détacher du multiple, du divers, de tout ce qui n’est pas l’Un ; c’est toute la voie, jusqu’à l’union. [Schuon]
et la Gnose connaissance
gnosis
intuition intellectuelle
gnôsis
connaître
conhecer
gnose
knowledge
know
conocer
conocimiento

Troisième Partie. —La Question dogmatique

Chapitre primier. — Les sources

II. — L idée de Dieu Dieu La conception exacte de Dieu varie en fonction des philosophies et des religions. Dieu désigne généralement un « être suprême » dont les qualités sont illimitées, l’individuation personnelle ou impersonnelle du principe de l’univers, c’est-à-dire sa raison « première » en tant qu’essence primordiale - Dieu est alors souvent considéré comme le démiurge ou créateur - et sa raison « dernière » en tant que finalité et sens de la vie, dans les religions monothéistes.

III. —La christologie de Clément

IV. — Le gnostique

Conclusion. — Deux dualité
deux
dyade
Quand la dualité est horizontale, elle exprime les pôles "actif" et "passif" ; quand elle est verticale, elle exprime les degrés "absolu" et "relatif", dans l’Ordre divin d’abord et dans l’ordre cosmique ensuite. [Frithjof Schuon]
formes do christianisme

Appendices. — Aperçu bibliographique

— Du plan des Stromates