Philosophia Perennis

Accueil > Ésotérisme occidental > Karl von Eckartshausen > Eckartshausen : LE SENTIMENT DE NOTRE EXISTENCE.

MÉDITATIONS RELIGIEUSES D’ECKARTSHAUSEN.

Eckartshausen : LE SENTIMENT DE NOTRE EXISTENCE.

jeudi 18 septembre 2008

félicité
felicidade
bonheur
felicidad
happiness
Bonne chance ou fortune ; le mot grec est un composés fait sur daimon (puissance divine, dieu, destin). (selon R. Guérineau)

Je sens que j’existe, que je vis ; je suis un être ser
être
being
ón
Le concept d’être désigne en général ce que nous ressentons exister d’une manière ou d’une autre dans la perception, qu’elle soit sensible ou intelligible. L’étude de l’être est appelée ontologie ou métaphysique.
qui peut se rendre témoignage de son existence Existenz
existence
exister
existentia
existência
existencia
bios
. Mon œil jouit du magnifique spectacle que présente la nature nature
physis
phusis
phúsis
Le grec phúsis dérive de la racine indo-européenne bhû-, qui a donné en sanskrit comme verbe : "devenir", "se produire", "avoir lieu" ; comme non : "terre", "sol", "lieu", "état", "condition". Peut désigner aussi bien l’origine, que le déroulement et le résultat de tout processus. (Luc Brisson)
 ; il voit les plaines entaillées de fleurs, les prés verdoyants et les forêts majestueuses ; mon oreille écoute avec délices le doux murmure des ruisseaux, les sons précipités de l’alouette, ou le chant mélodieux du rossignol.

Je respire avec ravissement le parfum des fleurs ; l’aimable zéphyr, en se jouant dans ma chevelure, rafraîchit, de son haleine bienfaisante, mon visage brûlant. Des branches chargées de fruits m’offrent une nourriture exquise. La pèche veloutée, l’abricot succulent, la riante cerise m’invitent, tour à tour, à les cueillir. Je le puis, si je le veux, et tous mes sens jouissent en quelque sorte à la fois. — L’être qui a la conscience Gewissen
conscience
consciência
conciencia
consciencia
Bewusstsein
Bewußtsein
consciencidade
consciousness
de ces agréables sensations, c’est moi. — Qui, moi ? une énigme pour moi-même : j’existe maintenant, et je n’existais point autrefois ; mais je suis et je sens mon existence.

Qui m’a donc mis ici ? quelle puissance acte
puissance
energeia
dynamis
a donné cette admirable structure structure D’une manière générale, la façon dont les éléments participants d’un système sont organisés entre eux. Un phénomène est dit structurel (opposé à conjoncturel) s’il est inhérent au mode d"organisation d’un système, d’une société. à mon corps Körper
corpo
corps
soma
cuerpo
body
 ? qui m’a doué de la précieuse faculté de jouir de tout ce qui m’environne ? quel est l’être à qui je suis redevable de tous ces bienfaits ? — C’est celui qui a créé ces globes et ce firmament dont la magnificence nous étonne, c’est celui dont la constante sollicitude s’étend à tout ; mais, que sont les plaisirs d’une nature matérielle auprès des sentiments de l’âme âme
psyche
psukhê
alma
soul
, auprès de ces tendres émotions qu’il a placées dans mon cœur coeur
kardia
cœur
coração
coración
heart
 ?

Les plus agréables jouissances de la nature me paraîtraient bientôt insipides, si j’étais isolé sur la terre terre L’ordre "terrestre", - qu’il s’agisse de notre terre ou d’autres mondes analogues qui nous restent forcément inconnus, l’ordre "terrestre" donc est ce monde purement "naturel" que nous avons mentionné plus haut. [Frithjof Schuon]  ; aussi la main bienfaisante du Créateur a-t-elle voulu me donner, pour compagnons, des êtres doués comme moi d’un cœur sensible, des êtres susceptibles de partager les plaisirs d’autrui. Tout ce qui m’entoure est animé. Chacune, de ces feuilles est couverte d’une foule d’insectes ; tous vivent, tous ressentent la bonté du suprême arbitre de toutes choses. Mille oiseaux charment à l’envi le bosquet par leur ramage enchanteur ; et, tandis que le redoutable lion exprime en rugissant le bonheur d’exister, ici roucoule une tourterelle ; là j’entends siffler la linotte ; plus loin sautille la fauvette ; elle fredonne un air joyeux et se réjouit de son existence. Je suis au milieu de tous ces êtres divers, je vois, je sens, je partage leurs plaisirs ; mais un sentiment intérieur, un pouvoir possibilité
potentialité
Toute-Possibilité
pouvoir
poder
power
inconnu m’avertit que j’ai de la ressemblance ressemblance
homoiosis
RESSEMBLANCE (ÊTRE À LA) : signifie l’identité ultime de l’homme, la personne douée de raison et d’intelligence. (Philocalie, dir. Olivier Clément) VOIR eikon (image)
avec celui qui m’a créé.

Une voix secrète médit : « Jouis de la vie vie Le philosophe Michel Henry définit la vie d’un point de vue phénoménologique comme ce qui possède la faculté et le pouvoir « de se sentir et de s’éprouver soi-même en tout point de son être ». Pour lui, la vie est essentiellement force subjective et affectivité, elle consiste en une pure expérience subjective de soi qui oscille en permanence entre la souffrance et la joie. qui t’est donnée. » Mille émotions alors, mille sentiments inconnus jusque-là s’élèvent dans mon cœur. J’éprouve l’amitié , l’amour amour
eros
éros
amor
love
 : les mouvements de la nature me portent vers des parents chéris ; la sympathie m’attache à l’ami loyal et dévoué ; l’hymen et la tendresse paternelle me font trouver des charmes inexprimables dans la société intime d’une compagne vertueuse, et dans le cercle cercle
círculo
circle
d’enfants dociles qui doivent être, au bout de notre carrière, les appuis de nos pas chancelants. — Toutes ces sensations sont produites par des objets extérieurs, pour accroître notre félicité.

Qu’il est bon cet être infini Infini L’Infini est pour ainsi dire la dimension intrinsèque de plénitude propre à l’Absolu ; qui dit Absolu, dit Infini, l’un n’étant pas concevable sans l’autre. [Frithjof Schuon] qui m’a comblé de tant de biens ! quelle doit être son inépuisable bonté ! il est tout amour. Te ressembler, par l’amour, ô mon Dieu Dieu La conception exacte de Dieu varie en fonction des philosophies et des religions. Dieu désigne généralement un « être suprême » dont les qualités sont illimitées, l’individuation personnelle ou impersonnelle du principe de l’univers, c’est-à-dire sa raison « première » en tant qu’essence primordiale - Dieu est alors souvent considéré comme le démiurge ou créateur - et sa raison « dernière » en tant que finalité et sens de la vie, dans les religions monothéistes.  ! voilà ma vocation ; tout m’annonce que c’est ta loi suprême. Ma conscience m’en avertit : ce précepte est gravé dans mon cœur en caractères ineffaçables. Le désir désir
epithymia
epithymía
épithymétikon
épithymia
DÉSIR : traduit épithymia ou épithymétikon, et désigne la première des trois parties de l’âme, la tension qui porte l’amour du créé pour l’incréé, ou de créé pour lui-même. Voir Parties de l’âme. (Philocalie, dir. Olivier Clément)
de voir heureux tout ce qui m’entoure est le plus ardent de mes désirs. Tout est bonheur pour l’homme homme
anthropos
hommes
humanité
L’homme est la personnification d’une alternative aux dimensions qui échappent à sa vision immédiate ; en d’autres termes, la raison d’être même de la condition humaine est de choisir, et de faire le bon choix : d’opter pour la participation libératrice à l’Etre nécessaire, et non pour l’errance asservissante dans le labyrinthe du possible et en direction du néant. (Frithjof Schuon, Perspectives spirituelles et faits humains)
de bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
. Ses peines mêmes, par les consolations qu’elles lui procurent de toutes parts, ne sont pas sans charmes, et si nous ne sommes point heureux par nous-mêmes, ne le devenons-nous pas en partageant le bonheur de nos semblables ? Le plus pur des sentiments que tu as excités dans notre âme, Seigneur, n’est-ce pas la faculté de prendre part au chagrin et à la joie des autres ? « Mes enfants, nous dis-tu, c’est à vous-mêmes que je confie le soin de votre bonheur. Étendez ces bras que je vous ai donnés pour vous secourir mutuellement ; goûtez le plaisir d’essuyer une larme sur l’œil de votre frère. »

Voilà tes discours que répète la nature entière : la faible vigne soutenue par l’ormeau, le lierre rampant qui, pour s’élever, s’unit à l’arbre vigoureux, les fleurs des jardins , les moindres plantes des champs nous parlent le même langage langage Le langage est un ensemble de signes (vocaux, gestuel, graphiques, tactiles, olfactifs, etc.) doté d’une sémantique, et le plus souvent d’une syntaxe (mais ce n’est pas systématique[1]). Plus couramment, le langage est un moyen de communication. . Oui, ce n’est qu’en aimant, en aimant comme tu nous l’ordonnes, que je sens le prix de mon existence.