Philosophia Perennis

Accueil > Ésotérisme occidental > Gichtel : Theosophia practica

J.G. Gichtel

Gichtel : Theosophia practica

jeudi 3 avril 2008

PREFACE DE L’EDITION DE 1736

1. — Le bien-aimé lecteur va recevoir ici, contre toute présomption, ce qu’il a espéré pendant un si long temps. Ce sont les figures de l’homme intérieur que l’auteur tint cachées par devers lui pendant quinze ans, jusqu’à la fin de sa vie, et que nous gardâmes encore pendant dix années.

2. — Elles auraient dû être tenues encore longtemps secrètes, si l’Amour rie s’en était inquiété, et pour plaire aux amateurs, ne nous eut à la fin donné la permission et incité à lés confier à l’impression.

3. — Nous nous réjôuissons de la grande bonté de Dieu, parce que nos cœurs prisent le bien et se renvoient les louanges do Dieu.

4. — Reçois donc ce présent que te fait l’Amour, avec un cœur fidèle, comme s’il venait de Dieu même et sers t’en pour le salut et l’utilité de ton âme.

5. — Le lecteur nous saura gré d’avoir fait suivre les Figures de quelques mots d’explication ; nous l’avons fait parce que l’Esprit de Dieu s’est révélé et nous a dicté les paroles nécessaires.

6. — En même temps, cela complète dans une certaine mesure ce que l’Auteur n’a pas expliqué tout au long ; car on ne peut pas décrire d’un coup le Royaume de Dieu ; on ne peut en dire que ce que l’Esprit nous en laisse savoir.

7. — Par le même influx de la grâce, nous avons suivi le procès de Jésus, en esprit, et par la vertu de Celui qui est le commencement et la fin de notre foi.

8. — Grâce à Dieu nous avons vu le jour après lequel l’Auteur en son temps avait soupiré.

9. — Nous avons eu aussi Jésus avec nous, et Il nous a fait profiter des travaux de la jeunesse de notre combattant pour l’utilité commune de tous les collaborateurs. Dieu soit loué. Amen.