Philosophia Perennis

Accueil > Tradition chrétienne > Tresmontant - Le mot rédemption

Claude Tresmontant

Tresmontant - Le mot rédemption

L’enseignement de Ieschoua de Nazareth

mercredi 26 mars 2008

On dit parfois que nos contemporains n’ont plus le sens de la rédemption rédemption
redemptio
redimere
racheter
redemptor
rédempteur
apolutrôsis
apolytrosis
Le mot français rédemption, est une transcription du latin redemptio, qui vient de redimere : racheter. Le redemptor — qui a donné le français rédempteur — c’est celui qui rachète. la rédemption, dans sa signification théologique, c’est beaucoup plus que la libération économique, politique, sociale. C’est une guérison et un achèvement de l’homme dans une direction qui le conduit au-delà de l’homme. (Claude Tresmontant)
. — Il faut noter tout d’abord qu’ils ne comprennent pas ce que ce mot veut dire, pour des raisons très simples : parce que ce mot appartient à un milieu ethnique qui n’est plus le nôtre.

Le mot français rédemption, est une transcription du latin redemptio, qui vient de redimere : racheter. Le redemptor — qui a donné le français rédempteur — c’est celui qui rachète.

Le mot latin redemptio traduit le mot grec apolutrôsis, qui est employé une douzaine de fois dans le N. T. : Luc, 21, 28 ; Romains, 3,24 : 8, 23 ; I Cor couleur
cor
color
. I, 3o ; Éph. I, 7,14 ; 4,30 ; Hébr. 9,15 ; II, 35.

Comme on le voit, le mot que l’on traduit en français par " rédemption " n’est employé qu’une seule fois dans les Évangiles...

Le mot grec apolutrôsis signifie : rachat d’un captif. Il provient du verbe apolutroô, qui signifie : délivrer moyennant rançon.

Le mot grec apolutrôsis ou plus exactement le verbe apolutroô traduit deux verbes hébreux : 1. Gaal 2. Padah.

Le verbe hébreu gaal signifie « racheter ». Ex. : Lév. 25, 33 : « Si quelqu’un rachète (quoi que ce soit) des Lévites... » (cf. Lév. 27, 13, 15, 19 (« racheter le champ ») etc.

En particulier, le Lévitique nous dit :

Lévi. 25, 23 : « La terre terre L’ordre "terrestre", - qu’il s’agisse de notre terre ou d’autres mondes analogues qui nous restent forcément inconnus, l’ordre "terrestre" donc est ce monde purement "naturel" que nous avons mentionné plus haut. [Frithjof Schuon] ne se vendra pas à perpétuité, car la terre Terre
Terra
Earth
Tierra
est à moi, tandis que vous êtes des hôtes et des résidants chez moi. Dans toute terre qui sera votre propriété, vous donnerez droit de rachat sur la terre.

« Quand ton frère sera dans la gêne et aura vendu de sa propriété, alors viendra son racheteur, le plus proche, et il rachètera la chose vendue par son frère. Mais si un homme homme
anthropos
hommes
humanité
L’homme est la personnification d’une alternative aux dimensions qui échappent à sa vision immédiate ; en d’autres termes, la raison d’être même de la condition humaine est de choisir, et de faire le bon choix : d’opter pour la participation libératrice à l’Etre nécessaire, et non pour l’errance asservissante dans le labyrinthe du possible et en direction du néant. (Frithjof Schuon, Perspectives spirituelles et faits humains)
n’a pas de rache¬teur, etc. »

Le « racheteur » (= rédempteur), c’est le goel, participe du verbe gaal.

Le livre des Nombres nombres Les nombres principiels - ou les symboles numéraux - sont soit "horizontaux", soit "verticaux", suivant qu’ils indiquent, soit une différenciation, qui se reflète à chaque niveau universel, soit une projection, qui s’enfonce dans la relativité. [Frithjof Schuon] , 35, 19, nous parle du « vengeur du sang », littéralement « racheteur » du sang :

Nomb. 35, 19 : « Le vengeur du sang (goel hadam), c’est lui qui mettra à mort mort La mort d’un être vivant est l’arrêt irréversible de ses fonctions vitales : assimilation de nutriments, respiration, fonctionnement du système nerveux central. On la distingue d’un arrêt temporaire (hibernation, congélation). Elle est suivie de la décomposition de l’organisme mort sous l’action de bactéries ou de nécrophages. le meurtrier... »

De même, Deut. 19, 6 : « C’est de peur peur
frayeur
medo
miedo
fear
La peur est la résistance ou le rejet à ce qui EST.
que le vengeur du sang ne poursuive le meurtrier... »

Le Lévitique, de nouveau, 25, 47, nous dit :

« Quand un hôte, un résidant chez toi a de quoi, tandis que ton frère chez lui est dans la gêne et s’est vendu à l’hôte, au résidant chez toi, ou au rejeton de la famille d’un hôte, après qu’il s’est vendu il y a pour lui droit de rachat : l’un L'Un
hen
hén
L’Un, en philosophie ou en mystique, désigne le Principe suprême, souvent donné comme impensable et ineffable. Historiquement, cette notion prend tout son essor, en philosophie, à partir du néoplatonisme de Plotin au milieu du IIIe siècle. Grammaticalement, le mot « un » est ici employé comme substantif et avec majuscule (comme « Dieu » ou « Être »). Le mot s’oppose principalement à Multiple (dès Platon) et entre dans la liste des transcendantaux (avec Être, Bien, Vrai, Beau... qui sont au-delà des catégories et peuvent se convertir : Un = Bien = Beau). C’est l’Un-Dieu, l’Un-principe, mesure suprême.
de ses frères le rachètera. Ou son oncle ou le fils de son oncle le rachètera, ou quelque proche parent, quelqu’un de sa famille le rachètera, ou bien Bien
agathon
agathón
Bem
Bom
Good
Bueno
, s’il a de quoi, il se rachètera. Alors il calculera, avec son acheteur, depuis l’année où il s’est vendu à lui, etc. »

Exode, 6, 2 : « Élohim parla à Moise et lui dit : Je suis Yhwh ! J’ai moi-même entendu le soupir des fils d’Israël qu’asservissent les Égyptiens et je me suis souvenu de mon alliance. C’est pourquoi dis aux fils d’Israël : Je suis Yhwh, je vous ferai sortir de dessous les charges d’Égypte et je vous délivrerai de sa servitude, je vous rachèterai par bras tendu et par de grands châtiments. Je vous adopterai pour mon peuple et je deviendrai votre Dieu Gott
Dieu
Deus
God
Dios
theos
, vous saurez que je suis Yhwh... »

De Dieu, il est dit qu’il " rachète " Israël : Exode, 15, 13 ; Is. 43, I, etc. Ps. 9, 19.

Jér. 31, r : « Car Yhwh a racheté Jacob, et l’a délivré de la main d’un plus fort que lui. »

Osée, 13, 14 : « De la main du Sheol je les affranchirais ! De la mort je les rachèterais I »

Michée, 4, 10 : « Fille de Sion... tu seras délivrée, et Yhwh te rachètera de la paume de tes ennemis ! »

Ps. 103, 4 : « Lui qui rachète ta vie vie Le philosophe Michel Henry définit la vie d’un point de vue phénoménologique comme ce qui possède la faculté et le pouvoir « de se sentir et de s’éprouver soi-même en tout point de son être ». Pour lui, la vie est essentiellement force subjective et affectivité, elle consiste en une pure expérience subjective de soi qui oscille en permanence entre la souffrance et la joie. de la fosse... »

Ps. 107, 1 : « Rendez grâce à Yhwh, car il est bon... »

« Qu’ils le disent, les rachetés de Yhwh, ceux qu’il a rachetés de la main de l’adversaire diable
diabolos
malin
adversaire
diabo
devil
et qu’il a rassemblés des pays de l’Orient et du Couchant... »

Le prophète anonyme du temps temps Philosophes, scientifiques et hommes de la rue ont bien souvent des vues différentes sur ce qu’est le temps, et les progrès des uns influencent les autres depuis des siècles. de l’Exil à Babylone, dont les oracles ont été joints à ceux du prophète Isaïe, écrit :

Is., 41, 13 : « Car moi, Yhwh, je suis ton Dieu, qui saisit ta main droite droite
direita
right
et qui te dit : ne crains pas, je t’aide ! (...) C’est moi qui t’aide, oracle de Yhwh, celui qui te rachète (goel) c’est le Saint d’Israël...

Jér. 50, 34 : « Mais leur rédempteur est fort, son nom et Yhwh des armées. »

Le verbe hébreu padah signifie aussi : « acheter pour libérer », d’où : « délivrer », « sauver ».

Exemples :

Deut. 9, 26 : " Adonai Yhwh, ne détruis pas ton peuple et ton héritage, que tu as libéré par ta grandeur grandeur
grandeza
greatness
, que tu as fait sortir d’Égypte par une main forte. "

Deut. 15, 15 : " Tu te souviendras que tu as été esclave au pays d’Égypte et que Yhwh ton Dieu t’a libéré. "

Deut. 21, 8 : " Pardon pardon Si l’homme demande pardon à Dieu, c’est, en dernière analyse, pour se conformer à une réalité normative, à la vérité tout court. [Frithjof Schuon] ne à ton peuple Israël, que tu as racheté, ô Yhwh... "

Deut. 7, 8 : " Parce que Yhwh vous a aimés... c’est pour cela que Yhwh vous a fait sortir d’Égypte par une main forte et qu’il t’a libéré de la maison des esclaves... "

Les deux verbes hébreux qui signifient " racheter ", veulent dire, dans le contexte ethnique palestinien, " libérer ", puisque pour libérer celui qui avait été vendu ou était réduit en esclavage, il fallait le racheter.

Le rachat, la rédemption, c’est la libération délivrance
libération
liberação
moksha
liberation
liberación
. Le rédempteur, c’est le libérateur.

Les mots " rédemption ", et " rédempteur " ne disent rien rien Le mot rien désigne une absence de chose(s), sans la notion de dénombrement ou de concept mathématique qui s’attache au nombre zéro. « Il n’y a rien ici » signifie qu’aucun objet n’est présent, sans a priori sur la nature des objets qui auraient pu se trouver à l’endroit considéré. à une oreille du XXe siècle. Tandis que " libération " signifie quelque chose.